Associés actifs, Honoraires, Docteurs associés, Post-Doct | Honoraires

Botte Roger

Courriel

Image1Thèmes de recherche

  • Les séquelles de l’esclavage interne africain (ou «classique») et ses avatars contemporains (esclavage dit « moderne ») en Afrique de l’Ouest.

  • Les traites des Africains (interne, transsaharienne, orientale, transatlantique).

  • Les économies trafiquantes continentales et les nouvelles traites d’êtres humains.


Publications principales

Ouvrages

  • Image22010, Esclavages et abolitions en terres d’islam, Paris, Ed. André Versaille, 390 p. (L’Autre et l’ailleurs). andreversailleediteur — 

  • Comment la malédiction biblique de Cham (condamnation à l’esclavage et châtiment par la noirceur de l’épiderme de sa descendance) fut-elle détournée en terre d’islam afin de justifier l’esclavage des Noirs ? Le Coran a-t-il vraiment programmé la fin de l’esclavage ? Pourquoi Muhammad qui aurait pu l’interdire, comme il a prohibé l’alcool, les jeux de hasard et l’usure, ne l’a-t-il pas fait ? La suppression de l’esclavage en islam ne se serait-elle accomplie que contrainte par de fermes pressions extérieures ? Voici quelques-unes des nombreuses questions soulevées que l’auteur analyse et compare en Tunisie, en Arabie Saoudite, au Maroc et au Soudan.

  •  

Directions d’ouvrages

  • Image3Si l’esclavage des Noirs présente une indéniable spécificité, il est tout aussi évident que l’institution esclavagiste a été aussi complexe et variée que la polychromie des phénotypes humains. Sans remonter à l’Antiquité gréco-romaine, l’espace méditerranéen, avant, pendant et après la traite transatlantique des Africains est un observatoire de choix sur la fabrique d’esclaves. D’une rive à l’autre de la Méditerranée, nous pouvons observer la coexistence d’esclaves de différentes couleurs, origines, religions. À côté d’Africains arrivés par les traites transsaharienne et atlantique, les marchés d’esclaves se nourrissaient de Slaves, Caucasiens et autres Orientaux, pendant que les clivages religieux alimentaient et justifiaient la capture et la mise en esclavage aussi bien de musulmans que de chrétiens et de païens. Le même statut d’esclave était appliqué à des individus qui, tout en partageant la domination servile, était souvent, de par leur origine ethnique, leur sexe, leur âge, leur apparence physique et leurs supposées qualités, destinés à des tâches diverses. De Byzance au monde ottoman, de l’Europe chrétienne aux terres d’islam, la désignation des esclaves empruntait une large palette de nuances, la couleur se révélant pour ce qu’elle est : une vision subjective du contraste. C’est cet esclavage multiforme que tentent de dépeindre les textes ici réunis.

  • Table des matières | Avant-propos, Roger Botte & Alessandro Stella | 1. Commerce et esclavage dans le Maghreb oriental (viiè-xè siècles), Salah Trabelsi | 2. Esclaves noirs et esclaves blancs en al-Andalus umayyade et en Ifrîqiya fâtimide. Couleurs, origines et statuts des élites sûdân, et saqâliba, Mohamed Meouak | 3. Esclaves noirs et esclaves blancs en Sicile (vers 1300-1450). Entre déshumanisation et socialisation, Henri Bresc | 4. Être esclave à Venise à la fin du Moyen-âge, Philippe Braunstein | 5. Captifs et esclaves dans le royaume de Grenade (xiiie-xvie siècles), Raúl González Arévalo | 6. « Negre e de terra de negres infels… » : Servitude de la couleur (Valence, 1479-1516), Fabienne Plazolles Guillén | 7. Les « Portugais noirs » de Guinée : destins mêlés (xvè-xviiè siècles), António de Almeida Mendes | 8. Selon l’arrivage sur le marché. La multiplicité ethnique des esclaves en Italie (xviè-xixè siècles), Salvatore Bono | 9. Le fondu des couleurs ? Expérience croisées de captivité dans le Maroc de l’armée noire, Jocelyne Dakhlia | 10. « Bouc noir » contre « Bélier blanc ». L’armée des ‘Abîd al-Bukhârî du sultan Mawlây Ismâ’îl (1672-1727), Roger Botte | 11. L’esclavage en territoire ottoman à l’époque moderne, Frédéric Hitzel | 12. Liens de parenté et liens sociaux chez les esclaves tsiganes de Valachie. Le salas au xviiè siècle, Florina Manuela Constantin | 13. Destins d’affranchis noirs et blancs en Andalousie à l’époque moderne, Alessandro Stella | 14. Des Noirs dans les troupes des beys de Tunis. Deux expériences d’enrôlement d’esclaves et d’affranchis au milieu du xviiiè siècle et en 1837, M’hamed Oualdi | 15. Problématique du phénotype. Approche comparative des esclavages dans la Tunisie du xixè siècle, Inès Mrad Dali | 16. Travail et liberté en Algérie, Judith Scheele |

  • Image4Image52012, Roger Botte, coord., Afrique, esclavage et traite, Textes et documents pour la classe, n° 1036, 15 mai, Paris, CNDP. | Sommaire | Edito

  • 2011, Jacques Annequin & Roger Botte, éds. Esclavages et sujétions, La Pensée, n° 368, octobre/décembre, Prix : 19€. –

  • L’étude de l’esclavage est moins simple qu’il n’y paraît. Si l’on veut comprendre les formes de sujétions et leurs légitimations, il faut les étudier sur la durée, montre Jacques Annequin. Loin d’un « modèle économique » lié à un contexte économique ou historique, l’esclavage est d’abord une construction sociale nous dira Alessandro Stella. D’autre part, Olivier Grenouilleau, en le comparant à d’autres modes d’exploitation, met en lumière la nature polymorphe de l’esclavage. D’autant que, comme le souligne Christiane Rafidinarivo, la distinction d’avec le travail « libre » est, par bien des aspects, plutôt floue.

  • Selon les âges et les lieux, l’esclavage prend des formes diverses. Alessandro Stanziani étudie le « deuxième servage » en Russie, Fabio Viti révèle la persistance, longtemps après l’abolition en Afrique, des rapports de dépendance personnelle, en partie responsables de l’échec du salariat sur le continent.

  • Rapports qui s’exportent, comme le montre Roger Botte à propos de l’immigration soninkée, ou se traduisent par une économie informelle analysée par Alain Morice. Au Brésil, Neide Asterci et Ricardo Rezende Figueira dévoilent différentes formes de travail non libre pour dettes impayées qui subsistent encore aujourd’hui. Pourtant, d’autres choix que l’esclavage ont pu être retenus. Pour preuve l’exemple de l’Égypte pharaonique exposé par Bernadette Menu. | Sommaire complet et abstracts des articles >>

  • 2011, « Esclaves et prolétaires : les migrants soninkés en France », La Pensée, n° 368, numéro spécial Esclavages, dépendances, salariat, dir. de Jacques Annequin & Roger Botte, p. 119-130.

  • 2005, Esclavage moderne ou modernité de l’esclavage ? Paris, Éd. de l’EHESS, Cahiers d’études africaines, n°179-180. Sommaire

  • 2004, Globalisation et illicite en Afrique, Paris, Éd. Karthala, Politique africaine, n°93. Sommaire

  • 2003, Exploitation extrême et travail forcé, La Pensée, Paris, n°336.

  • 2001, La traite et l'esclavage dans le monde lusophone, Nantes/Unesco, Cahiers des Anneaux de la Mémoire, 2001, n°3, 326 p. Sommaire

  • 2000, L’ombre portée de l’esclavage. Avatars contemporains de l’oppression sociale, R. Botte et al. (éds), Paris, Journal des africanistes, Paris, 2000, n°70(1-2), 341 p.

  • 1999, Figures peules, avec Jean Boutrais et Jean Schmitz (dir.), Paris, Éd. Karthala, 1999, 539 p. (Hommes et sociétés). En ligne

  • 1994, L'Archipel peul, avec Jean Schmitz (dir.), Paris, Éd. de l’EHESS, Cahiers d'études africaines, 1994, n°133-135. Sommaire

Articles et contributions

  • 2012, "Un continent dans les fers" : 8-13 ; "Les traites transsaharienne et orientale" : 18-21 ; "Les armées d’esclaves noirs" : 34-35 ; "Descendants d'esclaves et diaspora noire" : 40-41 In Afrique, esclavage et traite, Textes et documents pour la classe, n° 1036, 15 mai | sommaire

  • 2011,“Les réseaux transsahariens de la traite de l’or et des esclaves au haut Moyen Âge : VIIIe-XIe siècle”, L’Année du Maghreb, VII, 2011, p. 27-59. (Dossier : Sahara en mouvement).

  • 2005,“Processi democratici contemporanei e vecchie subordinazioni”, in La dipendenza. Antropologia delle relazioni di dominio, P. G. Solinas (éd.), Lecce/Italie, Argo, 2005 : 141-157.

  • Les traites négrières”, Esprit (Vues d’Afrique), Paris, Août-septembre 2005, n°8-9 : 188-199.

  • Les habits neufs de l’esclavage : métamorphoses de l’oppression au travail”, Cahiers d’études africaines, Paris, 2005, n°179-180(3-4) :651-666.

  • “Vers un État illégal-légal ?”, Politique africaine, Paris, 2004, n°93 :7-20.

  • Niger : le droit contre l’esclavage”, Politique africaine, Paris, juin 2003, n°90 :127-143.

  • “Traite des êtres humains et esclavage. Du Congrès de Vienne (1815) au protocole de Palerme (2000). Les réponses du droit”, La Pensée, Paris, oct.-déc. 2003, n°336 :7-21.

  • “Der Ruf nach gleichen Rechten wird lauter”, Der Überblick (Sklaverei heute), Hambourg, 2002, n°1 :27-30.

  • “Le spectre de l’esclavage”, Les Temps modernes (Afriques du monde), Paris, août-nov. 2002, n°620-621 :145-164.

  • “Économies trafiquantes et mondialisation : La voie africaine vers le ‘développement’ ?”, Politique africaine, Paris, 2002, n°88 :131-150 Abstract.

  • “L’esclavage en débat”, Politique africaine, Paris, 2002, n°85 :155-170 [Autour d’un livre L’Ombre portée de l’esclavage, R. Botte, M. Klein, M. Dorigny et F. Vergès (éds)].

  • “Le Portugal, les marchés africains et les rapports Nord-Sud (1 448 ca. 1550)”, Cahiers des Anneaux de la Mémoire, Nantes/Unesco, 2001, n°3 :85-107.

  • “L’esclavage africain après l’abolition de 1848. Servitude et droit du sol”, Annales H.S.S., Paris, 2000, n°5 :1009-1037.

  • “De l’esclavage et du daltonisme dans les sciences sociales”, Journal des africanistes, Paris, 2000, n°70(1-2) :7-42.

  • “Riimaybe, Haratin, Iklan : les damnés de la terre, le développement et la démocratie” in Horizons nomades en Afrique sahélienne : sociétés, développement et démocratie, pp. 55-78 / A. Bourgeot (éd.), Paris, Éd. Karthala, 1999.

  • “L’esclave, l’almami et les impérialistes : souveraineté et résistance au Fuuta Jaloo” in Figures peules, pp. 101-139 / R. Botte, J. Boutrais et J. Schmitz (dir.), Paris, Éd. Karthala, 1999. (Homme et société).

  • “L’abolition de 1848 : paradoxes et avatars de l’esclavage africain”, Sociétés africaines et diaspora (Traite et esclavage nègres), Paris, sept. 1998, n°11 :27-42.

  • “Paradoxes identitaires” pp. 7-22 et “Stigmates sociaux et discriminations religieuses : l'ancienne classe servile au Fuuta Jaloo”, pp. 109-136, Cahiers d'études africaines, Paris, 1994, n°133-135. Résumé

  • “Guinée : mise au jour du patrimoine, ou retour aux sources”, Journal des africanistes, Paris, 1993, n°63(1) :1-46.

  • Les rapports Nord-Sud, la traite négrière et le Fuuta Jaloo à la fin du XVIIIe siècle”, Annales ESC, Paris, 1991, n°6 :1411-1435.

  • “Pouvoir du Livre, pouvoir des hommes : la religion comme critère de distinction”, Journal des africanistes, Paris, 1990, n°60(2) :37-51.

  • “Révolte, pouvoir, religion : les Hubbu du Futa-Jalon (Guinée)”, Journal of African History, Cambridge, 1988, n°29 :391-413.

  • “Rwanda and Burundi, 1889-1930 : chronology of a slow assassination”, The International Journal of African historical Studies, Boston, 1985, 18(1) :53-91 ; 18(2) :289-314.

  • “Qui mangeait quoi ? L'alimentation au Burundi à la fin du XIXe siècle”, Cultures et développement, Louvain, 1983, XV(3) :455-469.

  • “Quand l'essentiel n'est pas ce que l'on dit mais ce que l'on tait”, Politique africaine, Paris, 1983, n°12 :99-104.

  • “Burundi : de quoi vivait l'État ?”, Cahiers d'études africaines, (Systèmes étatiques africains), Paris, 1982, n°87-88(3-4) :277-324. Résumé

  • “La guerre interne au Burundi”, in Guerres de lignages et guerres d'États en Afrique, pp. 269-317 / J. Bazin et E. Terray (éds), Paris, Éd. des Archives contemporaines, 1982 : 269-317.

  • “Agriculteurs/éleveurs et domination du groupe pastoral” in Pastoral production and society/Production pastorale et société, pp. 399-418 / Équipe écologie et anthropologie des sociétés pastorales (éd.), Cambridge, Paris, Cambridge University Press, Éd. de la MSH, 1979 :399-418.

  • “Processus de formation d'une classe sociale dans une société africaine précapitaliste”, Cahiers d'études africaines, Paris, 1974, n°56(4) :605-626. Résumé

  • “Burundi : la relation ubugabire dans la tête de ceux qui la décrivent”, Cahiers d'études africaines, Paris, 1969, n°35(3) :363-371.


Participation à la vie scientifique

  • Membre du Comité de rédaction des Cahiers d’études africaines.

  • Membre du Comité de rédaction des Cahiers des Anneaux de la mémoire (Nantes/Unesco).

  • Membre du Conseil scientifique de la RTP (CNRS) : Esclavage (Amériques-Afrique-Europe) : Formes, systèmes politiques, économiques et productions sociales.




15-12-2012

EHESS
IRD

flux rss  Actualités

Décentrements. Les Suds et les défis épistémologiques d'un monde commun

Extrait : La notion de décentrements renvoie à une démarche qui invite à appréhender différents lieux subsumés par le concept de Suds où sont mises à l’épreuve, en théorie et (...)

Lire la suite

Typographie et graphisme de la lettre arabe : enjeux et perspectives

Organisée à l’occasion de l’exposition TYPOGRAPHIAe ARABICAe qui se tiendra du 15 juin au 8 août 2015 dans les espaces de la Bibliothèque universitaire des langues et civilisations (BULAC) et dans la galerie du Pôle des langues et civilisations, cet après-midi d’étude a pour objectif de discuter des enjeux actuels de la typographie de la lettre arabe, à une échelle internationale et à la lumière des expériences passées.

Lire la suite

L'altérité et l'identité à l'épreuve de la fluidité

Colloque organisé par le Groupe de Recherche FIRA, l'IMAF–EHESS, l'Université Fédérale du Rio Grande du Sul (Brésil).

Lire la suite

L'altérité et l'identité à l'épreuve de la fluidité

Appel à communications, colloque organisé par le groupe de recherche Frontières identitaires et Représentations de l’altérité, Institut des Mondes Africains/IMAF - Université Fédérale du Rio Grande du Sul (Brésil) - 17 et 18 novembre 2014 - Paris, France.

Lire la suite