CECI n'est pas EXECUTE Mondes américains : Anthropologie politique des mouvements religieux contemporains

Axes recherche |

Anthropologie politique des mouvements religieux contemporains

Responsable : Marie Miran-Guyon.

Chercheurs du CEAf : Jean-Paul Colleyn, Jean-Pierre Dozon, Gilles Holder, Marie Miran-Guyon, Fabienne Samson Ndaw, Emmanuelle Kadya Tall.

Chercheurs associés : Jean Copans, Frédérique Louveau, Thomas Mouzard, Patrice Yengo.

Post-doctorante : Maud Saint-Lary

Doctorants : Kae Amo, Cécilia Deshayes, Dakouri M. Gadou, Doris Ehazouambela, Anabel Fernández Quintana, Jean-Baptiste Manga, Roger Nguema Obamé, Allison Sanders.

Séminaire EHESS : Anthropologie politique des religiosités contemporaines

2012

Résumé

  • Les recherches portent sur les liens entre le religieux et le politique, les mouvements religieux étant étudiés comme une force politique nouvelle, en particulier dans de nouveaux champs délaissés par l’État (éducation, santé) ou ouverts par la mondialisation (une religiosité transnationale).

  • Chantiers et pays : Les interrelations du politique et du religieux en Afrique contemporaine (Côte d’Ivoire, Mali, Sénégal) / Néo-confrérisme et néo-pentecôtisme, les nouvelles reconfigurations politico-religieuses de jeunes urbains (Sénégal, Mali, Maroc, Burkina Faso) / Les cultes de possession dans la tourmente mondialisante. Quête et moyens pour accéder à l’universel (Bénin, Brésil) / L’islam au sud de la savane : Anthropologie des sociétés musulmanes en Afrique de l’Ouest atlantique (Côte d’Ivoire, Ghana, Togo, Bénin).

Programme

Il est d’usage de considérer que ce qui distingue un État moderne d’un État pré-moderne, c’est tout particulièrement la séparation entre le politique et le religieux dans la gestion des affaires civiles. Mais cette distinction n’est pas si pertinente lorsqu’on observe la résurgence de certains fondamentalismes au cœur même des États modernes contemporains.

L’ampleur des mouvements religieux en tout genre qui fleurissent aujourd’hui en tout point de la planète rend de plus en plus difficile l’attitude qui consiste à considérer le religieux comme une force rétrograde, sécularisée ou encore, comme un retour en arrière, ou un ré-enchantement du monde, pour des individus « revenus de tout ». La force mobilisatrice du religieux, en ces temps de néolibéralisme intense, de dérégulation des Etats-nations et de leurs corps intermédiaires devrait aussi être comprise comme une force politique nouvelle qui stimule des millions d’individus cherchant un accès au marché et à ses biens de consommation.

L’Afrique a été depuis longtemps exemplaire d’une dynamique religieuse intense. Les grands mouvements religieux universalistes au XIXème siècle ont accompagné des recompositions politiques avant, pendant et après la colonisation. Toutefois, depuis la fin des années quatre-vingt, on observe une nouvelle vague de mouvements religieux chrétiens, islamiques et néo-traditionalistes qui ont partie liée avec l’accélération des processus de mondialisation des échanges. Sans être en totale rupture avec les mouvements précédents, ce regain du religieux prend des formes nouvelles (fondamentalisme, patrimonialisation, marché du religieux…) et accompagne de nouveaux processus (crise de l’Etat, capitalisme néolibéral, renouveau démocratique, entre autres). Ces mouvements conquièrent un espace public grandissant, laissé vacant par des pouvoirs publics corrompus et/ou impuissants. Des secteurs tels la santé ou l’éducation qui faisaient la gloire et la légitimité des Etats modernes sont pris en main et en charge par des entreprises religieuses privées et sont gérées comme telles.

Les interrogations porteront donc sur les nouvelles configurations politico-religieuses au regard de la supposée crise de l’Etat, du néo-libéralisme dominant, des fondamentalismes croissants, des pouvoirs locaux face aux processus de mondialisation, de l’individualisme producteur d’individus consommateurs de biens, notamment religieux.


Cet axe de recherche est constitué par onze chercheurs :

  • Jean-Paul Colleyn : Anthropologie des cultes de possession (Mali).

  • Jean Copans : Dynamiques confrériques et dynamiques entrepreneuriales : permanences et innovations en situation de mondialisation. Les nouvelles économies de la confrérie mouride du Sénégal.

  • Jean-Pierre Dozon : Les interrelations du politique et du religieux en Afrique contemporaine.

  • Gilles Holder : Réislamisation et politisation de la culture ; de l'espace public religieux à la construction d'une sphère religieuse oppositionnelle au Mali.

  • Frédérique Louveau : Étude comparative de l'implantation d'une « nouvelle religion » japonaise : Sukyo Mahikari, en France et en Afrique de l'Ouest (Sénégal, Côte d'Ivoire, Bénin)

  • Marie Miran-Guyon : Histoire et anthropologie de l'islam en Côte d'Ivoire et dans les pays du golfe de Guinée.

  • Thomas Mouzard : Territoire, trajectoire, réseau. Créativité rituelle populaire, identification, et État postcolonial (une triple étude de cas malgaches).

  • Maud Saint-Lary : Elites islamiques et politiques du genre au Burkina Faso.

  • Fabienne Samson Ndaw : Néo-confrérisme et néo-pentecôtisme, les nouvelles reconfigurations politico-religieuses de jeunes urbains au Sénégal et au Burkina Faso.

  • Emmanuelle Kadya Tall : Les cultes de possession dans la tourmente mondialisante. Quête et moyens pour accéder à l’universel. Exemples au Sud-Bénin et à Bahia (Brésil).

  • Patrice Yengo : Sacralisation de l’espace public et jeu concurrentiel entre le pouvoir politique et les Églises institutionnelles.

Et par huit doctorants :

  • Kae Amo : Les mouvements religieux dans les universités au Sénégal. Les apports des jeunes intellectuels religieux dans le champ politique (dir. Jean-Pierre Dozon). contact

  • Cécilia Deshayes : La gestion politique des Églises africaines dans la région parisienne (Dir. Michel Agier). contact

  • Dakouri M. Gadou : Sorcellerie et dynamique religieuse en Côte d’Ivoire (Dir. Jean-Pierre Dozon).

  • Doris Ehazouambela : L’Islam au Gabon (Dir. Jean-Pierre Dozon)

  • Anabel Fernández Quitana : Le culte de Maria Lionza au Venezuela et ses rapports avec le pouvoir politique (Dir. Jean-Pierre Dozon). contact

  • Jean-Baptiste Manga : L'Etat et les autorités traditionnelles au Sénégal. Anthropologie des rapports entre l'Etat et la royauté sacrée à Oussouye, Sénégal (dir. Kadya Tall). Contact

  • Roger Nguema Obamé : Le pentecôtisme au Gabon (Dir. Jean-Pierre Dozon). Contact

  • Allison Sanders : Les africanistes et la production des connaissances sur la confrérie mouride du Sénégal (dir. Jean-Pierre Dozon). Contact  

22 -11-2012

EHESS
IRD

flux rss  Actualités

Décentrements. Les Suds et les défis épistémologiques d'un monde commun

Extrait : La notion de décentrements renvoie à une démarche qui invite à appréhender différents lieux subsumés par le concept de Suds où sont mises à l’épreuve, en théorie et (...)

Lire la suite

Typographie et graphisme de la lettre arabe : enjeux et perspectives

Organisée à l’occasion de l’exposition TYPOGRAPHIAe ARABICAe qui se tiendra du 15 juin au 8 août 2015 dans les espaces de la Bibliothèque universitaire des langues et civilisations (BULAC) et dans la galerie du Pôle des langues et civilisations, cet après-midi d’étude a pour objectif de discuter des enjeux actuels de la typographie de la lettre arabe, à une échelle internationale et à la lumière des expériences passées.

Lire la suite

L'altérité et l'identité à l'épreuve de la fluidité

Colloque organisé par le Groupe de Recherche FIRA, l'IMAF–EHESS, l'Université Fédérale du Rio Grande du Sul (Brésil).

Lire la suite

L'altérité et l'identité à l'épreuve de la fluidité

Appel à communications, colloque organisé par le groupe de recherche Frontières identitaires et Représentations de l’altérité, Institut des Mondes Africains/IMAF - Université Fédérale du Rio Grande du Sul (Brésil) - 17 et 18 novembre 2014 - Paris, France.

Lire la suite